8.2.14

le mont Koya 2)

La petite ville de Koya est située dans le bassin entouré de 8 sommets des montagnes de à peu près 1000m.de haut. On considère ces 8 sommets comme 8 pétales de la fleur de lotus, celle-ci est importante en bouddhisme. Très souvent le Bouddha est assis sur le piédestal en la forme de la fleur de lotus. 
Par funiculaire on s’approche de Koya-san.


 Koya-san est considéré comme « un temple bouddhiste, Kongo- buji ». Ça veut dire que partout de Koya-san est dans l’enceinte de ce temple.
Mais aujourd’hui il y a aussi un temple appelé « Kongo- buji » , ce temple sert de siège central de « l’école Shingon Koya-san »depuis 1868. Auparavant (au 16e siècle) ce temple a été un autre temple fondé par le général Hideyoshi pour prière le repos paisible de l’âme de sa mère.
Ici on peut apprécier un grand bâtiment traditionnel magnifique. Au fond il y a un grand jardin de roche.

Koya-san en hiver


A Koya-san on visite des endroits reliés à Kukai.

 Jusqu’ au début de l’époque Meiji ( après la fin de la période samourai guerrières en 1868 , la nouvelle période Meiji a commencé) , les femmes ne peuvent pas visité Koya-san , l’endroit sacré du bouddhisme.  Car les femmes étaient considéré comme impures.
Cependant  il y avait des femmes qui étaient très pieuses, et elles ont voulu visiter Koya-san. Dans ce cas-là, elles ont pu venir jusqu’ aux entrées de la ville (il y avait 7 entrées à Koya-san )où se trouvaient des bâtiments pour les femmes de rester pour prière à Kukai . Autour de la ville de Koya-san il y avait un petit chemin pour ces femmes de marcher pour s’approcher un petit peu du mausolée de Kukai. Mais elles n’ont pas pu entrer dans la ville.



Ce « Nyonin-do » est un des bâtiments pour les femmes.
 A côté on trouve une statue de Bouddha jizo appelé « otaki jizo ». Otaki est le nom d’une femme qui a fait cette statue en 1745. Elle est venue ici pour prier le repos paisible de son mari  qui était mort.  La nuit elle a dormi ici, et elle a rêvé du Bouddha jizo , c’est donc elle a offert cette statue.

 

 Depuis longtemps Koya-san est très célèbre comme l’endroit sacré de Kukai ,beaucoup de personnes historiques ont voulu avoir une place ici après mort . C’est un sanctuaire des 2 shoguns Tokugawa , Ieyasu et son fils Hidetada.
 On peut apprécier de belle sculptures sur ces bâtiments.


 

Il y a 117 petits monastères bouddhistes à Koya-san.  Chaque monastère possède ses trésors.  Koya-san entier est comme musée des arts religieux japonais.
 Dans ce bâtiment appelé  « Reiho-kan » on expose des trésors de haute valeur classés comme trésors nationaux, biens culturels importants.
 On peut apprécier des statues de Bouddha, mandalas , etc.

   



 C’est ici où Kukai a construit son temple au 9e siècle, c’est donc le berceau de l’histoire de Koya-san.
 Cette tour rouge est le bâtiment symbolique de Koya-san.
A l’intérieur on peut voir des statues et des peintures de Bouddha. Elles représentent
« mandala » à trois dimensions.
 Dans bouddhisme ésotérique on peut souvent voir « mandala ».  Cela représente l’idée de l’univers de Bouddha. Un peu difficile à comprendre mais en même temps cela représente les étapes du éveloppement de l’esprit humain.
 Il y a 2 mandala principaux , « taizo-mandala » et « kongo-mandala ».
« taizo » représente «la naissance de la mère », ça veut dire que la vie dans le ventre de la mère grandit et après la naissance son esprit pur change et développe pour produire la sagesse. Mandala représente aussi cette développement.
« kongo »représente l’univers de la sagesse de Bouddha , l’étape de la poursuite pour atteindre le nirvana et l’aspect du salut par Bouddhas.





                                                                                  mandala


 A la fin on peut visiter le cimetière « okunoin »où se situe le mausolée de Kukai au fond. Dans ce cimetière il y a un grand nombre de tombes (plus de 200000 tombes) y compris des tombes des personnes historiques.  



 Ceux qui séjournent à Koya-san logent dans un monastère ,parce qu’il n’y a pas d’hôtel mais il y a plus de 50 monastères où on peut loger.

 Le system est complètement japonais ,c’est-à-dire la pièce du style japonais , on se couche sur le matelas futon , le repas japonais pour végétaliens (on mange assis par terre) la salle de bains japonais ,etc.  En plus à partir de 6 heures du matin  on assiste au service du matin.






                                                        le dîner


                                                                  le petit déjeuner

2.2.14

Le mont Koya 1) ,Kukai

Il y a un des sites patrimoines mondiaux de l’UNESCO dans la préfecture de Wakayama
et Nara. Le nom du patrimoine est « les sites sacrés de la région montagneuse de Kii et leurs chemins de pèlerinage », et ce patrimoine comprend la région de Kumano dont   j’ai déjà parlé, et le mont Koya (tous les deux sont dans la préfecture de Wakayama) , et le mont Yoshino qui est dans la préfecture de Nara , en plus les chemins de pèlerinage qui relient chaque endroit.

 Koya-san(le mont Koya) est le site sacré de l’école Shingon du bouddhisme ésotérique .
Koya-san a été établi par un grand moine Kukai au 9e siècle.


 Kukai est né d’une famille riche et puissante dans l’île de Shikoku en 774.
Il a été génie depuis son enfance , en plus il a beaucoup étudié .   Il a beaucoup appris  de son oncle qui a été savant du confucianisme . A l’âge de 18 il est entré dans l’université de l’Etat à Nara qui a été le centre du Japon à cette époque-là. Ce fait a été exceptionnel. Normalement le fils de la famille de ce niveau est allé à l’école locale.
 En tout cas il a été intelligent et brillant .
Mais dans 2ans il a quitté son école. Il est retourné à Shikoku et comme il s’est intéressé en bouddhisme il a fait la poursuite de ses études du bouddhisme dans la montagne.
A cette époque-là ,la montagne était l’endroit de la poursuite et l’entraînement religieux .
 Pendant ces études il a rencontré « le bouddhisme ésotérique » dans un soutra.
Il a beaucoup étudié ce soutra , mais bien-sûr il n’ a pas tout comprit , et finalement il a décidé d’aller en Chine pour apprendre le bouddhisme ésotérique .
 Quand il avait 31ans il est officiellement  devenu un moine bouddhiste , et il
 a obtenu l’autorisation d’aller en Chine pour apprendre le bouddhisme.
A cette époque-là  c’était très difficile de traverser la mer de Chine oriental qui est agitée. Réellement les 4 petit bateaux ont été surpris par une tempête et parmi 4 bateaux 2 ont été détruits , mais le bateau de Kukai est arrivé au port différent sans autorisation d’entre en Chine. Un autre bateau qui a eu l’autorisation est arrivé séparément à un autre port.
 Ils ont eu une grande difficulté.  Alors Kukai a rapidement écrit en beau chinois qui étaient ces japonais et pourquoi ils étaient là ,etc.  Les officiers chinois ont été étonnés par ces papiers en chinois qui montrait son belle écriture et son érudition. Jusqu’à ce moment il a été simplement un étudiant- moine privé dans ce bateau.
Ce moment est devenu le commencement de sa vie chanceuse.
Ce groupe de japonais a gagné la confiance des officiers et a été donné un bateau et des chevaux pour aller à chang’an qui a été la capitale de la dynastie Tang.

C’était une grande ville moderne internationale. Ici il a beaucoup vu et appris. Il a eu beaucoup d’expériences  et rencontré des intellectuels, en même temps il a appris le sanskrit du moine indien.
 Et finalement il a visité le temple bouddhiste « Seiryu-ji » pour rencontrer le grand maître du bouddhisme ésotérique « Eika ».
Tout de suite le grand maître a compris le grand talent de Kukai , et il a donné tout à Kukai , toutes ses connaissances , et donné la cérémonie de nommer son successeur . A ce japonais !  Ce grand maître a eu plus de 1000 disciples.  Après tout il est mort.

 Kukai a pensé qu’il avait appris tout et décidé de retourner au Japon.
Il a rapporté un grand nombre de documents , soutras , mandalas, instruments religieux ,etc. au Japon.
 A Kyoto( la capitale de cette période) il a gagné la confiance de l’empereur et plus tard  il a obtenu une autorisation de fonder un temple bouddhiste de l’école Shingon « Kongo-buji »à Koya-san en 816 quand il avait 43ans et commencé à construire des bâtiments.
En 817 il a premièrement accompli un sanctuaire shintoisme pour déifier 2 dieux locaux comme gardiens de Koya-san.  C’était comme ça .  On accepte (même maintenant ) le bouddhisme et le shintoisme en même temps.
 Et il a construit d’autres bâtiments. Mais 50ans après de sa mort , le bâtiment « konpon-daito » a été finalement accompli. Cette pagode est le symbole de Koya-san aujourd’hui.
  


Comme il avait eu la confiance de l’empereur ,  il a parallèlement beaucoup travaillé à Kyoto.  Il s’est chargé de la gestion du grand temple national Toji et les cérémonie religieuse pour l’Etat, il a fondé une école pour les enfants du peuple , et il a écrits des livres , etc . Il a été très occupé.



Mais en 835 quand il avait 62ans il a finalement quitté Kyoto et retourné à Koya-san .


Probablement il a senti que sa mort approchait . Il a prévenu de mourir (dans le sens de sa religion ce n’est pas « mourir » mais « aller au monde du nirvana » ,et il s’est purifié puis privé de l’eau et commencé à méditer.

Exactement le jour où il a prévenu il est mort ou plutôt il a atteint le nirvana à Koya-san.

14.1.14

Kumano kodo , chemin de pèlerinage (2)

 Tôt le lendemain matin ceux qui suivent la continuation de la même route sont partis.
L’étape entre Takahara et Hosshin- mon- oji est très longue , il faut donc couper cette étape en au moins 2étapes .  On dit qu’il faut marcher dans la montagne avec des montées et descentes pendant quelques heures comme 5 ou 6 heures.
Mais j’imagine qu’on peut sentir l’ambiance  du pèlerinage de l’ancien temps si on marche ce trajet. 
Pour la prochaine fois ・・・
 Nous sommes descendus à pied jusqu’au village en bas pour prendre le bus pour aller  Chikatuyu- oji , où se trouve un petit musée « le musée Nakaheji , kumano kodo » construit en 1996. C’est un petit musée local , mais ses architectes  sont Mme Kazuyo Sejima et M.Ryue Nishizawa qui sont très célèbres aujourd’hui. Ils travaillent  ensemble .  Ils sont architectes de « le Musée Louvre- Lens ».



  Après la visite de ce petit musée local nous avons pris le bus pour aller jusqu’à
Hosshin mon-oji qui est le commencement de notre étape ce jour- là.
 Cette route est plus facile et aménagée que celle du premier jour. 


La distance est environ 7,7km.















   Cette fois on peut  jouir de marcher  et voir même  le paysage rural.  A la fin on peut avoir une vue de « Oyunohara » qui est le centre spirituel de Kumano , où se trouvait le grand sanctuaire « Kumano Hongu »jusqu’à 1889 .
 C’est ici que le dieu est descendu sur un grand arbre. Cela est l’origine  de ce sanctuaire , et on a construit des bâtiments ici. Comme le terrain est sur le delta de 3 rivières , à cause de l’inondation ces bâtiments ont été emportés. Alors on a déplacé le sanctuaire à l’endroit présent.
Finalement  cette route vous mène au grand sanctuaire  « Kumano Hongu ».























 L’empereur Jinmu , le premier empereur dans nos chroniques ou mythologie , a fait une  expédition vers l’est et il est arrivé à Kumano . Un corbeau avec 3 pattes envoyés par la déesse du soleil Amaterasu lui a guidé jusuqu ’à Yamato, où il est monté sur le trône .
On peut trouver le dessin de ce corbeau à ce sanctuaire .
A propos ce corbeau est l’emblème de « la fédération japonaise de football ».

















 Dans cette région il y a beaucoup de station thermales, et nous avons passé une nuit à Kawayu-onsen (onsen signifie des eaux thermales).
Nous avons logé dans un ryokan (l’hôtel du style japonais) à côté de la rivière.
Quand on loge dans un ryokan on peut goûter le plat régional.



19.6.13

l'architecture moderne #1

    Tadao Ando est sans doute l'architecte plus conu au Japon d'aujourd’hui.
 En 1941 il est né à Osaka. Il n’a pas fait ses études d'architecture dans l’école , il a étudié tout seul .
 Depuis sa jeunesse il a souvent visité Nara et Kyoto pour apprécier des architectures historiques , ce qui  lui a donné des idées d'architecture .
 Il a beaucoup voyagé au Japon et dans le monde en regardant et absorbant l'architecture .
 Une des caractéristiques de son architecture est la composition géométrique en béton brut de décoffrage , celle-ci a été influencée par la rationalité occidentale.

 Mais en même temps il adopte l'essence de l'architecture japonaise . Par exemple même le terrain est très petit et entouré de bâtiments, il fait un jardin ou un petit espace pour  prendre de la lumière et de l'air , ce qui est un des éléments de l'architecture japonaise traditionnelle.




《le quartier Kitano-cho à Kobe》

 Un de ses thèmes est « la conservation du paysage en villes ».
Le quartier Kitano-cho à Kobe est le beau quartier résidentiel et il a été le quartier où des Occidentaux ont habité de la fin du XIXe siècle au début du XXe siècle. Ils ont construit de belles maisons du style occidental.

Mais pendant l'époque de la haute croissance économique , on a construit beaucoup de bâtiments en détruisant le paysage de la ville .
Alors il s'est inquiété de cette situation et il a visité des propriétaires de ces maisons pour leur proposer de ne pas détruire mais de garder leurs maisons anciennes.

Dans des années 1970 et 1980, il a construit 8 bâtiments commerciaux dans ce quartier  Kitano-cho.

Son concept est « la continuité des bâtiments et le paysage du quartier » et « la formation du paysage du qurtier par l'architecture »

 Ici il a souvent utilisé la brique, une des images de la maison du style occidental.













                                                                 《Awaji yume butai 》 1988-2000


 On a remblayé la mer pour faire des îles artificielles comme « l'aéroport international du Kansai »  ou «L'île de Rokko » .
On a détruit la montagne de l'île d'Awaji pour prendre de la terre , le résultat on a grandement détruit la nature.
La préfecture d’Hyogo a demandé à l'Etat d'acheter ce terrain pour faire le parc , et la préfecture l’a aménagé.
                                                                                                                                         


Ando a voulu arranger plusieurs établissements dans un grand terrain en formant l'environnement qui comprend le jardin , 100 espaces de parterres ,la place en différentes formes, l'hôtel ,la salle de conférence , etc.

L'île d'Awaji est originairement connue pour des fleurs , comme ça en même temps on a essayé d’enrichir cette industrie , en ouvrant une école horticole de haut niveau à côté du parc ainsi les chercheurs et les gens qui aiment les fleurs se rassemblent ici.
Quand on a ouvert le parc, l'exposition florale a eu lieu.


 Le thème le plus important est « le rétablissement de la nature abîmée » .
5ans avant le commencement des travaux , on a commencé à planter un grand numbre de petits arbres sur le versant . Alors ces arbres ont poussé et les oiseaux et de petits animaux sont revenus.  Pendand les travaux les arbres ont continué à pousser.

Pour relier chaque partie il dispose de l'eau.

L'eau est le symbole de la vie.






 « le temple bouddhiste Honpuku-ji »  le temple d'eau.  1991


Ce temple qui n'est pas très loin de  《Awaji yume butai 》 a une longue histoire d'environ 1000ans , mais le style architectural de ce temple n’est pas traditionnel.
 Un des connaissances d'une famille relevant de ce temple est Ando .
On lui a demandé de construire le nouveau bâtiment .
On a persuadé des familles qui appartiennent à ce temple d’accepter  le bâtiment aussi moderne.



D'abord on trouve ces murs.

Ils divisent le monde vulgaire et le monde du Bouddha.


















Le batîment est au sous-sol.
Le bassin représente la fleur  de lotus.
Au milieu du bassin est l'entrée pour la salle principale où se trouve le Bouddha.

Il n'y a pas de fleurs , mais  du mai au septembre on peut voire des lotus et nénuphars dans ce bassin.

 La fleur de lotus est importante en bouddhisme.
Même de la boue elle pousse et s'épanouit.




A l'entrée on se déchausse comme d'habitude.

Malheureusement on ne peut pas prendre de photos à l'intérieur où se trouve le Bouddha.

La lumière entre à travers le mur en verre derrière le Bouddha de la direction de l'ouest.
La lumière sert d'auréole pour le Bouddha.

Imaginez !

« le musée de la préfecture de Hyogo » 2001


Ce musée est un des symboles de la reconstruction de la culture après 《le grand tremblement de terre Hanshin Awaji》 ou le tremblement de terre à Kobe.
  Il y avait des usines  sidérurgiques dans ce quartier avant le tremblement , mais comme ces usines ont grandement endommagées ,elles ont déménagé.
Ici on a fait «un espace urbain qui conduit la civilisation du XXIe siècle ».

On a construit beaucoup d'établissements, y compris ce musée , le centre pour la lutte contre les sinistres , l'hôpital , des immeubles ,le centre de recherches , etc .

Le mur extérieur n'est pas fait de béton brut de décoffrage ,mais en granit ,verre , plaque métallique. Les montagnes Rokko est la région productrice du granit .


A l'intérieur on peut trouver le mur de béton brut de décoffrage et l'escalier.

13.12.12

le fugu , le poisson-globe

Une des gourmandises d’hiver est « le fugu, le poisson-globe ». Bien sûr « le fugu » est un poisson toxique, très dangereux. Les parties du poisson qui comprennent le poison , en général , sont les entrailles . (mais ça dépend des variétés des fugus , la peau, le sang, le muscle pourraient toxiques) Par conséquent les chefs doivent obtenir une licence pour faire la cuisine du fugu. C’est pour cela « le fugu » est populairement appelé « téppo » , en japonais « téppo » signifie « le fusil » , on meurt si la balle le frappe. Malgré cela il y a des gens qui se risquent à manger la partie toxique en cachette. Il y a longtemps un  acteur de kabuki ,qui a été « le trésor national vivant » , a demandé au chef de lui servir le plat du foie du fugu , et le chef n’a pas pu refuser la demande de cet acteur connu comme gourmet . Après les délices il est mort . On dit que le foie du fugu fait plaisir aux gastronomes. Mais cette partie comprend le poison mortel.
Quand on mange la cuisine de fugu , on commande plusieurs plats . C’est le plat du « téppi », « té »vient du mot « téppo » et « pi » signifie la peau. La peau est rapidement bouillie est coupée fin , on la mange avec la sauce de soja vinaigrée ,le ciboulette et le radis râpé assaisonné avec le piment rouge . Comme le fugu n’a pas de goût , cette sauce épicée joue un rôle important.
C’est le plat du « tessa » , « sa »signifie « sashimi ». On émince la chair , alors le sashimi devient transparent ,un peu différent du sashimi ordinaire. On presse un petit citron vert japonais et avec la même sorte de sauce ci –dessus , on le déguste .
C’est la friture et le « hire-zake » , « hire » est la nageoire , « zake » est le sake. C’est le sake chaud avec des nageoires . Il sent très bon .
C’est le plat de « téchiri » , « chiri »signifie la cuisine de « nabemono » . « nabe » est une marmite , donc la cuisine des légumes et du poisson ou de la viande mijotés dans une marmite un peu comme pot-au-feu . L’hiver est la saison de « nabemono » ,on peut trouver différente variété de « nabemono » au Japon.
On goûte les mets rares et délicats de temps en temps dans notre cuisine . Je vous introduis le plat spécial. C’est le « shirako », la laitance grillée. On l'aime beaucoup.

3.9.12

L'île d'Awaji

Le japon est entouré de mer , l’océan Pacifique , la Mer du Japon . Mais en plus il y a la mer intérieur de Seto entre l’île de Honshu et l’île de Shikoku. Le japon est composé de plus de 6000 îles. Il y a 4 îles principales, du nord au sud-ouest Hokkaido, Honshu, Shikoku et Kyushu. La majorité des touristes étrangers visite seulement l’île de Honshu. Mais toute ces 4 îles sont reliées soit par le tunnel sous-marin, soit par le pont. Et chaque île a sa caractéristique et sa beauté. En plus de ces grandes îles ,il y a nombreuse îles qu’on peut visiter. Visitons l’île d’Awaji qui se trouve dans la Mer intérieur de Seto. Sur la Mer intérieur de Seto, il y a 3 ponts. Si l’on utilise « le grand pont d’Akashi-kaikyo »,le mot « kaikyo »signifie « le détroit » , on peut facilement visiter l’île d’Awaji.
Ce pont est le plus long pont suspendu du monde. Quand on compare la longueur du pont , on compare la portée centrale , et celle de ce pont est de 1991m. La longueur entière du pont est de 3911m. Un autre nom de ce pont est « le pont de perle » , la nuit le pont est illuminé comme collier de perle, très joli.
Si l’on traverse le pont, on peut arriver à l’île d’Awaji.
Dans le nord de l’île se trouve le parc commémoratif du désastre sismique . Le 17 janvier 1995, il s’est produit un grand tremblement de terre de force magnitude 7,3(le degré d’intensité7) dont l’épicentre est au large de cette île( dans le détroit d’Akashi ). Ici on conserve la faille qui est apparue après le tremblement de terre, et on peut avoir une expérience du tremblement. ***********************************************************************************************
Selon la chronique « Kojiki »( cette chronique est principalement sur l’origine de ce pays et la famille impériale, c’est donc plutôt la mythologie), le dieu Izanagi et la déesse Izanami sont descendus sur une petite île pour se marier et ils ont crée d’abord l’île d’Awaji , ensuite nombreuse îles.
Au large du sud de cette île il y a une petite île , l’île de Nushima ,sur laquelle ce couple divin est descendu dans cette chronique. Dans la chronique le nom de l’île est « Onokoro »
Dans le sud de l’île d’Awaji on peut trouver un petit sanctuaire shinto « le sanctuaire shinto Onokoro »qui est dédié au dieu Izanagi et la déesse Izanami . Surtout dans l’ouest du Japon il y a plusieurs endroits qui sont reliés à la chronique « Kojiki ». C’est intéressant de visiter ces endroits , et l’île d’Awaji est le point de départ pour ce voyage.
En plus des endroits sacrés et légendaires, à Awajishima( l’île d’Awaji) il y a plusieurs petite plages où on peut se baigner . Il y a même « onsen », des eaux thermales .
Grâce à la marée de l’océan Pacifique et la marée de la Mer intérieur de Seto , la mer est riche en poissons et fruits de mer. Une fois je suis allée à un petit restaurant de sushi local dans une petite ville. C’est un des grands plaisirs de goûter les fruits de mer locaux ici.

Qui êtes-vous ?

Ma photo
kyoto, Japan
I'm a national licensed English and French speaking tour guide living in Kyoto ,and I cover the majority of this country. I am a free lance guide. Why don't you visit Japan with me./ Je suis guide touristique qui habite à Kyoto. Je guide non seulement Kyoto, mais le Japon entier.